CFRIES

Centre Franco-Russe d’Intelligence Economique et Stratégique

11 avril 2008

André Guelfi serait à l'origine de l'enquête sur Total

Source : Challenges.fr | 10.04.2008 | 16:56 |

Selon la presse, deux régions russes réclameraient jusqu'à 170 milliards au groupe pour ne pas avoir exploité des champs pétroliers.

170 milliards de dollars: c'est le montant maximal du préjudice dont s'estiment victimes deux régions russes, qui attaquent Total en justice en lui réclamant une indemnisation.
Selon Le Figaro du jeudi 10 avril, le juge d'instruction de Nanterre Alain Philibeaux mène une instruction pour abus de confiance, suite à une plainte déposée en août 2006 par les régions russes de Volgograd et Saratov.
Le parquet a confirmé jeudi l'ouverture d'une information judiciaire contre X pour abus de confiance. De son côté, Christophe de Margerie, le patron de Total, a estimé que l'information judiciaire ne venait certainement pas du gouvernement russe.

Une addition vertigineuse

Les deux régions estiment qu'une somme oscillant de 33 à 85 milliards de dollars aurait dû leur revenir dans le cadre de l'exploitation par la société française de leurs champs pétroliers. Une "vertigineuse addition" que le journal explique par le fait que les régions ont fait leurs calculs "selon des prévisions de production considérables (150 000 barils par jour) et en fonction du cours du pétrole qui, depuis 1993, a été multiplié par cinq".
L'exploitation de ces champs pétroliers était permise par une convention franco-russe signée le 1er mars 1993, prévoyant une exploitation-partage à 50-50 entre Elf (depuis fusionné avec Total) et les régions de Volgograd et de Saratov. Ces champs pétroliers n'ont finalement jamais été exploités, notamment du fait du changement de P-DG à la tête d'Elf, Philippe Jaffré remplaçant Loïk Le Floch-Prigent, définitivement condamné dans le cadre de l'affaire Elf il y a trois ans.
Philippe Jaffré (mort en septembre dernier) et son équipe sont d'ailleurs mis en cause par les deux régions russes pour des destructions de documents ayant trait au contrat.

"En roubles ou en dollars ?"

Jeudi, Christophe de Margerie a ironisé sur la plainte: "le ridicule ne tue plus", a-t-il lancé, avant de se demander si le montant réclamé était "en roubles ou en dollars".
Interrogé par Le Figaro, l'avocat d'Elf, Me Emmanuel Rozenfeld, a lui estimé qu'"un procès n'a pas lieu d'être entre Elf et les partenaires avec lequel le groupe pétrolier cherchait à bâtir un projet il y a quinze ans".
Il a pointé la responsabilité dans cette plainte d'André Guelfi (dit "Dédé-la-Sardine"), un ancien intermédiaire d'Elf dont il estime qu'il cherche à se venger du groupe en manipulant les parties russes. Ce dernier, condamné à trois ans de prison dont la moitié avec sursis pour avoir perçu des commissions frauduleuses dans le cadre de l'affaire Elf, réclame des dommages et intérêts à Total, en affirmant qu'il devait toucher une commission de 3% sur le dossier Volgograd-Saratov. Une audience est prévue au tribunal de commerce de Paris lundi dans ce dossier.
Les autorités russes ont confirmé dans la journée de jeudi que l'enquête avait été ouverte à la demande d'André Guelfi et ont démenti l'affirmation selon laquelle les deux régions seraient à l'origine de la plainte. Celle-ci inclurait en revanche, de manière plus ou moins formelle, le comité olympique russe, avec qui André Guelfi a collaboré sur un dossier lié à Elf.

@CFRIES

Posté par CFRIES à 11:22 - Corruption & Fraudes - Permalien [#]